Logo

Sigma veut créer une classe préparatoire d’un nouveau type

olivier rollot
Olivier Rollot
297
Depuis plusieurs années, l’attractivité des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) scientifiques tend à se réduire au profit d’une montée en puissance des CPI (classe préparatoire intégrée) : à la rentrée 2022, les CPGE scientifiques ont ainsi vu leurs effectifs à nouveau baisser de 3,8% par rapport à l’année précédente. Pour pallier cette désaffection, SIGMA Clermont, qui recrute en grande partie via les CPGE scientifiques classiques, envisage de créer un modèle de classe préparatoire hybride et intégrée dans les lycées dès la rentrée 2024. 

Les CPI, tout aussi exigeantes, que les CPGE classiques, présentent en effet l’avantage d’être directement sécurisée au sein d’une école d’ingénieurs et reposent sur une évaluation en contrôle continu, bénéfique aux apprentissages tout au long des deux années. Il s’agit d’un parcours sécurisant vers une école, ou un groupe d’écoles, défini dès la classe de terminale, et de ce point de vue, les « classes préparatoires intégrées sont plus adaptées aux besoins et aux attentes des nouvelles générations » argue-t-on du côté de Sigma Clermont dont le directeur, Nicolas Gayon, explique : «  Cette idée est née d’un double constat lors d’échanges avec le lycée Jean-Zay de Thiers, qui rencontre des difficultés de recrutement dans sa CPGE PTSI-PT alors que SIGMA Clermont ne dispose pas de cycle préparatoire intégré en mécanique. Or, il s’avère que la CPI proposée en chimie avec la Fédération Gay-Lussac est un véritable vecteur d’attractivité pour l’école et une opportunité pour les jeunes qui intègrent ce dispositif dès l’obtention de leur bac », 

Pour « apporter une réponse aux attentes des jeunes, et redonner de l’attractivité aux CPGE », Sigma Clermont envisage donc la création d’un nouveau modèle de classe préparatoire hybride qui allierait le meilleur des deux systèmes : CPGE et CPI. Elle permettrait aux étudiants de rejoindre une classe préparatoire intégrée dans un lycée pendant deux ans, avant d’être admis à titre définitif dans une école d’ingénieurs avec laquelle le lycée est en partenariat.
L’objectif est de proposer à ces jeunes d’entrer dans une grande école ciblée, choisie dès leur inscription en classe préparatoire sur Parcoursup, en leur permettant de ne pas passer de concours à l'issue des deux années de formation. Les étudiants admis dans ce dispositif pourront également participer à des TP, à des projets associatifs, ou encore faire un stage en entreprise.

Image par StockSnap de Pixabay
sigma