Logo

La classe préparatoire ECG (économique et commerciale voie générale)

Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) économiques et commerciales préparent aux concours des Grandes écoles de commerce. Suite à la réforme du bac les filières ECS (scientifique) et ECE (économique), qui recrutaient respectivement leurs élèves dans les séries S et ES du bac, fusionnent à la rentrée 2021 pour devenir les ECG destinées à tous les bacheliers de la voie générale.Qui sont les étudiants de classes préparatoires ?Jusqu’ici près de 18% des élèves de terminale S demandaient une CPGE en premier alors que ce n’était le cas de seulement 8% des élèves de terminales ES et L. Et les élèves postulent d’autant plus qu’ils ont de bons résultats : la CPGE était jusqu’ici la formation la plus demandée en premier vœu chez les élèves dont la moyenne au baccalauréat est supérieure à 18, quelle que soit leur série.Le genre a aussi une grande importance - en terminale S, un garçon avait 7 points de probabilité de plus qu’une fille de demander une CPGE en premier vœu – alors que la catégorie sociale joue moins : en 2019, près de 20 000 étudiants de CPGE ont intégré une grande école. Parmi eux, près de 29% de boursiers. C'est le reflet fidèle du taux de boursiers candidatant en classe préparatoire.La question est également celle de la localisation. L’offre de CPGE n’est en effet pas identique sur tout le territoire : à Paris on compte deux élèves de terminale générale pour une place en CPGE quand ils sont 17 dans l’académie de Poitiers. Or deux-tiers des élèves ayant placé une CPGE en premier vœu postulent pour un établissement localisé dans l’académie de leur lycée d’origine. De plus les élèves étudiant dans les lycées qui proposent des classes préparatoires ont une probabilité plus grande de 4,5 points de demander une CPGE en premier vœu s’ils étaient en terminale scientifique.

Les classes préparatoires économiques et commerciales

Deux ans, parfois trois, pour tenter les concours d’entrée dans les grandes écoles, c’est le schéma général des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE). Dans ce cadre plus de 85 000 élèves sont inscrits dans les classes préparatoires dont un peu plus de 20 500 dans les classes économiques et commerciales dont 16 600 en ECG. Des classes préparatoires exigeantes dont l’accès est sélectif mais qui garantissent une place dans 25 grandes écoles de management sur tout le territoire.
  • Les classes préparatoires économiques et commerciales sont divisées entre :
  • les classes préparatoires ECG (économique et commerciale voie générale) ;
  • les classes préparatoires ECT (économique et commerciale voie technologique) ;
  • les classes préparatoires ENS Paris-Saclay D2 (ex ENS Cachan) ;
  • quelques classes destinées aux bacheliers professionnels.
 
Les classes préparatoires ECG (économique et commerciale voie générale) sont elles-mêmes divisées en :
  • Mathématiques approfondies et HGG (Histoire, géographie et géopolitique du monde contemporain) ;
  • Mathématiques approfondies et ESH (Économie, sociologie et histoire du monde contemporain) ;
  • Mathématiques appliquées et HGG (Histoire, géographie et géopolitique du monde contemporain) ;
  • Mathématiques appliquées et ESH (Économie, sociologie et histoire du monde contemporain).

Les « attendus » publiés sur Parcoursup précisent qu’il importe pour réussir dans les classes préparatoires économiques et commerciales ECG de :

  • s’intéresser à l’économie, la sociologie, la géographie et la géopolitique et à l’histoire du monde contemporain ;
  • disposer d’un bon niveau de connaissances, en particulier en sciences économiques et sociales mais également en mathématiques et dans les disciplines des humanités: lettres, langues, philosophie, histoire-géographie. Ces niveaux peuvent être attestés par les résultats obtenus en première, à l’épreuve anticipée de français et au cours de l’année de terminale ;
  • posséder des aptitudes à un travail approfondi et des capacités d’organisation.
  • montrer des qualités de réflexion, d’argumentation et de rédaction et être apte à mener des raisonnements rigoureux.

Les spécificités de la classe préparatoire ECG

Les élèves suivent tous un tronc commun comprenant des enseignements de culture générale (humanités, lettres et philosophie) et deux langues vivantes. Reprenant quelque peu la division qui existait entre les ex-classes préparatoires ECS et ECS les élèves peuvent ensuite choisir entre des enseignements en « mathématiques appliquées » et « mathématiques approfondies » d’une part et « économie, sociologie et histoire du monde contemporain » et « histoire, géographie et géopolitique du monde contemporain » de l’autre.

A l’issue de leurs deux années de classes préparatoires les élèves peuvent tenter les concours de la BCE (21 écoles dont HEC, Essec, ESCP, Edhec, emlyon, Audencia, etc.) ou Ecricome (quatre écoles : EM Strasbourg, Kedge, Neoma et Rennes SB).

Postuler

Plus de 1 100 classes préparatoires sont ouvertes en France dans près de 450 lycées dont un peu plus de 80 privés. Différents palmarès (Le Figaro Etudiant, l’Etudiant, Challenges) établissent quels sont les lycées et les classes les plus adaptés pour chaque projet.

Ensuite Parcoursup est le canal incontournable pour postuler en classe préparatoire (hormis quelques classes préparatoires « hors contrat » avec l’Etat). Les CPGE y sont regroupées à l’échelle nationale ce qui signifie que postuler un type de classe préparatoire correspond à un vœu et que chacun des établissements demandés ensuite est sous-vœu (10 sous-vœux sont possibles au maximum). De même postuler la même CPGE d’un même établissement avec et sans hébergement en internat vaut un seul sous-vœu. Il est donc possible de postuler jusqu’à vingt établissements différents avec seulement deux vœux. 

Comme pour la grande majorité des formations, l’admission se fait sur dossier. En se référant aux bulletins de première et de terminale comme la « fiche avenir », les lycées recherchent avant tout à recruter des élèves complets : pas question d’intégrer une très bonne prépa en privilégiant seulement les mathématiques et l’histoire au détriment de toutes les autres matières. De même, autant qu’aux notes c’est au classement de l’élève dans sa classe, à la valeur de la classe comme à celle du lycée que vont s’intéresser les classes préparatoires. Elles ont d’ailleurs été celles qui ont le plus milité pour que ces informations restent publiées sur Parcoursup alors que les noms des candidats ont pour leur part été anonymisés.

Quelles spécialités du bac général ?

Non on ne peut pas entrer en classe préparatoire économique et commerciale sans un niveau minimal en mathématiques. C’est-à-dire choisir la spécialité « Mathématiques » en première. Mais oui on peut les abandonner en terminale pour peu qu’on conserve l’option « Mathématiques complémentaires ». Il n’est en revanche pas envisageable d’abandonner les mathématiques dès la fin de la seconde. Pas plus que de s’inscrire en médecine sans avoir fait des mathématiques et des sciences de la vie et de la Terre (SVT). 

Quel que soit le parcours choisi parmi les quatre, le plus opportun semble donc de choisir la spécialité « Mathématiques » en première et d’y associer des spécialités proches des programmes de la classe préparatoire ECG, que ce soit « Histoire géographie, géopolitique et sciences politiques » ou « Humanités, littérature et philosophie ». Il peut être également profitable de choisir « Langues, littératures et cultures étrangères et régionales », « Sciences économiques et sociales (SES) » ou une sous-spécialité de la spécialité « Arts ». En terminale l’idéal serait encore de conserver l’une des deux premières aux côtés de la spécialité « Mathématiques ». 

Les mathématiques peuvent être abandonnées en terminale s’il s’agit d’intégrer le parcours Mathématiques appliquées. Mais alors il est indispensable de conserver l’option « Mathématiques complémentaires ».

L’option « Mathématiques expertes » de terminale est réservée à ceux qui veulent intégrer les toutes meilleures classes préparatoires du parcours Mathématiques approfondies.